Modélisation des flux et objets métiers

Cartographier les flux d’informations échangés entre les domaines.

Définition

Après avoir isolés les domaines fonctionnels et identifiés les services exposables, l’urbanisation s’attache à cartographier les flux d’informations échangés entre les domaines. En parallèle, nous proposons de mutualiser sous forme d’objet métier, le contenu échangé autour de concepts stables (parfois standardisé) et valorisés par un état : on parle ainsi d’une commande à livrer, d’une commande facturée, d’une commande soldée,… L’objectif de cette démarche est de répondre aux enjeux à la fois de couplage lâche entre les applications mais aussi de pilotage opérationnel au fil de l’eau des processus métiers.

Approche

Pour accompagner cette démarche, l’approche de Soft Computing consiste à qualifier selon différents critères, les invariants de l’entreprise au regard soit des standards existants (EDI, Swift) ou en passe de l’être (ebXML) soit des éléments structurants apportés par les ERP présents. S’appuyant ensuite sur la modélisation UML à travers des diagrammes de d’activités et de séquence, nos consultants interagissent avec les équipes pour faciliter l’expression des besoins. Ils définissent ensemble l’outil de modélisation qui servira de support et la cartographie des flux qui constitue alors le fil directeur des processus métiers de l’entreprise.

Résultats

La mise en place d’une démarche d’analyse et de modélisation des flux apporte des résultats significatifs au regard de :

  • La sémantique des informations gérées dans l’entreprise : on s’accorde sur un vocabulaire commun inter-domaines
  • La compréhension des enjeux globaux : on dépasse la frontière de son propre domaine fonctionnel par une vision plus transversale
  • Le pilotage du processus métier : on peut mesurer plus facilement le caractère opérationnel tout au long de la chaîne
  • La préparation de la mise en place d’une architecture d’intégration ou de services : selon la granularité, on peut commencer à concevoir les processus d’échanges et les classes d’objet.

 

Soft Computing est leader du conseil en sciences et en technologies de la data et du digital appliquées au marketing et à l’expérience client. Cotée sur Nyse Euronext, elle emploie plus de 400 experts, réalise 41 M€ de CA, pour 20% à l’international, avec 200 clients, dont la plupart des grandes entreprises du retail, de la finance et des services.